jeudi 30 septembre 2010

Aksai Chin. Immense désert glacial...

.
Premières vues sur l'Aksai Chin depuis le Kithai Pass
D’un coup, le GPS change de fuseau horaire et passe à l’heure indienne. On dirait que les satellites militaires américains n’ont pas tout à fait entériné l’annexion de la région par la Chine. Je me demande si les Chinois sont au courant. Ça pourrait peut-être causer un incident diplomatique majeur !

Le topo indiquait "immense désert glacial"...

Glacial ? Moins 25°C au petit matin, c’est effectivement un brin frisquet. Tout est gelé. La tente et le duvet sont recouverts d'une épaisse couche de givre. Le platypus 4 litres et une bouteille d'eau restés dehors sont transformés en blocs de glace. Difficile de se motiver pour bouger. Vers 7h du matin, les premiers rayons de soleil apportent un peu de réconfort. On décolle vers 8h30, il fait encore à peine -15°. Mon câble de frein arrière est bloqué, gelé. Impossible non plus de passer les vitesses à l'avant. Au meilleur de la journée, il fait un bon +5° mais rapidement le vent se lève à nouveau et le ciel se couvre. C'est quasiment la même histoire tous les jours.



Rivière gelée...
Désert ? Ça veut dire pas d’eau, non ? J’aurais sans doute dû mieux suivre à l’école…  Borne kilométrique 540, le topo indiquait un point d'eau, rien à l'horizon à part une vague flaque de boue. Il nous reste moins d'1 litre chacun, oups... Km 579, dernier point d'eau avant 60km. Il s'agit en fait d'une espèce de marre plus ou moins gelée en aval d'un camp militaire d’où se dégage une forte odeur de souffre. Pas bien le choix, il va falloir boire ça pendant 24hr... Même filtrée, c'est pas terrible ! Point d'eau suivant au km 639 : la rivière est gelée. Il y a qqs trous d'eau stagnante sous une belle couche de glace... "Désert glacial" était effectivement un bon résumé !

Tole ondulée ou caillasse,
choisis ton camp !
Les paysages sont grandioses. Nous avons d'autant plus de temps d'en profiter que nous avançons lentement sur la piste pourrie. Je me demande ce que je déteste le plus entre la tôle ondulée, le sable et la caillasse !?!






A un moment, quatre voitures arrivent en face, tous gyrophares allumeés. Céline est 200 mètres en avant. La 1ère voiture la croise sans s’arrêter. Quand elle arrive à notre niveau, on peut lire nettement les deux caractères "公安" en gros sur les portières et "police" sur le capot. Pierre et moi nous regardons perplexes. Il s'agit bien de la PSB. La fin de la recréation va-t-elle sonner ? La voiture passe devant nous sans broncher. Nous observons au loin les véhicules suivants avec un brin d'inquiétude, d'autant qu'ils font mine de ralentir. Le 4èrme freine au niveau de Céline, deux types sortent. Mince. Nous pédalons pour nous rapprocher. Les secondes semblent longues. Qu'est-ce que Céline va leur avoir raconté ? Va-t-on s'en sortir avec une amende à payer ? Va-t-on devoir faire demi-tour ? Vont-ils prendre nos passeports ? Bon cela dit, que peut faire une voiture seule (surtout qu'elle fait partie d'un convoi qui a pris de l'avance) face à trois cyclistes ? S'ils veulent nous expulser, il leur faudra un plus gros véhicule. Alors que toutes sortes de réflexions me traversent l'esprit, les deux types remontent dans l'auto et claquent la porte avant de redémarrer. Céline tient victorieusement un gros sac de provisions à la main. J'ai stressé pour rien. J'avais totalement oublié ces derniers jours que nous étions tout de même à la merci d'une arrestation qui viendrait stopper notre voyage. Cet épisode vient me le rappeler.

En tout état de cause, que ce soit l'armée ou la police, tout le monde sait que trois cyclos occidentaux se baladent sur les pistes du Tibet. S'ils ne veulent pas que nous nous promenions par là, ils ne devraient pas avoir de mal à nous arrêter, nous sommes sur la route du matin au soir et pas bien loin la nuit. S'ils ne font rien, c'est a priori qu'ils s'en contrefichent ou ont d'autres chats à fouetter.

Ça fait bientôt 3 semaines que nous avons quitté l'agitation et la chaleur de Kashgar. Nous arrivons à Tielong, mini village au pied de la magnifique montagne du Sirengou, et dernier relai-routier avant d'entrer officiellement au Tibet. Il ressemble à tous les autres relais-routiers, en plus petit, simple alignement de baraques décrépites arborant chacune un conduit de cheminée fumant, avec quelques camions parfois arrêtés devant.

A l'intérieur, un poêle à bois nous apporte une chaleur réconfortante.

Les menus ne sont pas très variés : riz ou pâtes, mais on a progressé et on arrive maintenant à obtenir de la nourriture effectivement mangeable (c'est à dire pas du piment pur), et on parvient même parfois à dégoter une bière, luxe suprême. La télé fonctionne sur générateur de 18h à 22h. Soap chinois, karaoke et émission de télé-réalité, c'est guère différent de chez nous. C'est grâce à ce même générateur que nous pouvons charger nos batteries d'appareil photo et d'ordi. 

La douche est sommaire : une bassine d'eau pour le haut du corps (c'est à dire les mains et le visage), une autre bassine pour les pieds. Mais au moins, ça permet de se laver (pfff, comme si on en avait besoin).





Face à Tielong : lac au pied du massif du Sirengou

Décharge publique...
Les abords de ces relais-routiers sont absolument immondes, jonchés de tas de détritus en tout genre sur lesquels se battent qqs corbeaux. Ajoutez à ça les toilettes "in the open" où chacun fait où bon lui semble, et quelques carcasses en décomposition d'animaux tombés d'un camion, vous avez le tableau complet.

On se demande vraiment comment des gens peuvent vivre ici toute l'année à 5150m d'altitude. Absolument rien ne pousse exceptés des cailloux. Le ravitaillement (nourriture, essence pour le groupe électrogène, charbon pour le chauffage) dépend entièrement des camions qui font la route entre Kashgar et Ali, et il n'y a pas beaucoup d'animation en dehors des allers et venues des convois militaires et de la visite de très rares cyclo-touristes comme nous.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire